Paul Perron & Marcel Danesi: « Sémiotique et sciences cognitives »

18




    Il n'est surtout pas dans nos intentions d'essayer de mettre en question l'entreprise des sciences cognitives. On a voulu suggérer que l'orientation prise est fondée sur une prémisse tant soit peu douteuse datant du seizième siècle de l'homme machine. Une orientation fondée sur une alternative narratologique pourrait ouvrir les sciences cognitives à d'autres perspectives. Plutôt que dans les logiciels d'ordinateur, c'est dans les structures narratives qu'on rechercherait les structures cognitives. En d'autres termes, on les rechercherait dans la structure et le contenu des mythes, des récits, des ouvrages et des produits de la cognition narrative. Ceux-ci, comme l'écrit Anderson (1990 : 182), témoignent du fait que « l'esprit humain continue à penser en termes de récits », en cherchant à organiser l'expérience et à générer des modèles explicatifs de la séquence des événements. En ce sens, on pourrait dire que le réel est une fiction narrative.

    L'approche computationaliste fournit un appareil théorique très complexe pour expliquer comment le niveau de surface de la cognition peut être reproduit de façon mécanique. Toutefois, une grande partie de l'activité cognitive semble s'inscrire plus fondamentalement dans l'utilisation continuelle de la narration. On ne peut pas ne pas être d'accord avec Varela, Thompson et Rosch (1991 : xvi) qui soulignent le fait que le computationalisme « n'a eu pratiquement rien à dire au sujet de ce que c'est d'être humain dans des situations vécues du quotidien ».

    Tout comme les Éléments d'Euclide ont donné une systématicité et une unité à l'étude et à la pratique de la géométrie par sa synthèse cohérente de concepts et de techniques géométriques, les écrits de Greimas aussi fournissent à ce domaine, un répertoire organisé de notions et de procédures pour entreprendre une investigation détaillée des divers discours narratifs. Le modèle sémio-narratif greimassien pourrait s'étendre au domaine des sciences cognitives afin de nous aider à comprendre des phénomènes qui participent aux univers de la construction et de l'utilisation de signes.



    Paul Perron & Marcel Danesi
    University of Toronto





Previous page Next page


AS/SA nº 1 (1996): 6 of 7

© 1996 Perron & Danesi
© 1996 AS/SA

E-mail to the editors
Pour écrire à la rédaction

18.03.1996