Boulanger, Chantale : « L'irréel photographique »

99

 

 


    Benjamin, quant à lui, pensait la photographie en termes de reproductibilité et en relation avec d'autres objets culturels, la reproduction mécanique ayant ouvert la voie à une remise en question de la notion d'originalité et à la disparition de l'aura. Pour Rosalind Krauss, par ailleurs, la photo transformée en objet théorique agirait comme un filtre au moyen duquel il est possible d'organiser les données d'un autre champ (Krauss, 1990 : 12). En explorant les sphères de la peinture et de la sculpture à partir de la matrice de l'indice, la photographie fait de l'oeuvre d'art un signe critique.

    La photographie considérée dans son opérationalité, et plus spécifiquement dans sa dimension indicielle, propose une dualité de la perception : à la fois art de la présence implacable et art du sujet producteur mais aussi du sujet récepteur. D'un côté la référence fatale, son incontournable force d'attraction, cette présence « nécessairement réelle qui a été placée devant l'objectif, faute de quoi il n'y aurait pas de photographie » dira Barthes, (1980: 120) vient happer le regardeur, cependant qu'elle le laisse en plan devant une sorte d'inconnu, de mystère, déchiffrable seulement pour les intimes de la situation photographique. De l'autre, un investissement fantasmatique de l'image qui découle de la dimension « signe en situation » attachée à la valeur indicielle. Importance de la genèse plus que du produit fini, pourrait-on croire, le sens loge à l'extérieur des images, tributaire qu'il est de la situation d'énonciation et de décryptage.

    On conçoit aisément que la trace en tant que contiguïté physique, que le caractère d'empreinte ne soit qu'un moment dans l'ensemble du processus photo. Dans la trichotomie peircienne, l'icône comme signe mental est autonome, séparé, indépendant par rapport au réel. Chacune des catégorie a une fonction théorique distincte. La fonction iconique nous intéresse davantage ici dans la mesure où dans ses textes sur la photo, et nous en examinerons certains points forts appliqués à certaines oeuvres, Payant se prononce en faveur d'une image qui va au-delà de l'analogique. Nous ferons allusion à travers la fonction iconique aux liens qui se tissent à l'intérieur d'une photographie entre sémantique, temporalité et sujet. Index et icône ne s'opposent cependant pas, pas plus qu'ils n'existent chacun dans l'absolu. Le premier redéfinit l'ontologie de la pratique photographique en prenant en considération le mode de production du signe (inscription référentielle et pragmatique), le second s'attache au cliché comme lieu autonome et à ses effets de sens.




Page - 1      Page + 1


AS/SA nº 2 (11.1996), Article 8 : Page 3 / 11


© 1996 AS/SA

E-mail to the editors
Pour écrire à la rédaction

22.11.1996