Boulanger, Chantale : « L'irréel photographique »

100

 

 


2. Le modèle iconique

    De l'icône, Peirce donnera la définition suivante : « un signe qui renvoie à l'objet qu'il dénote simplement en vertu des caractères qu'il possède, que cet objet existe réellement ou non » (Dubois, 1983 : 61). Le critère de la ressemblance contribue donc à établir le cliché comme un espace autre, à investiguer et à reprendre à son compte. Dans ses textes sur la photographie, René Payant ne définit pas explicitement le terme icône. Toutefois, à l'aide de cet instrument conceptuel qu'est le signe iconique, Payant, à l'aube des années 1980, reformulait la question du réalisme en photographie en proposant quelques réflexions sur le simulacre.

    Produire une photographie, dira-t-il dans Vedute, « ce n'est pas s'approprier un objet » (Payant, 1987 : 507). La photographie qu'il met en parallèle avec la poésie et avec la rhétorique pourrait être un pouvoir exercé contre la réalité, un langage qui prend la contrepartie du réel et de la logique. Cette vision platonicienne qui positionne l'image comme l'ombre du réel, Payant l'applique à la photo. L'image « s'expose elle-même du côté de l'artifice, du signe » (Payant, 1987 : 507). Une distance s'installe conséquemment entre la scène montrée et l'espace fictionnel du cliché photographique. La fonction iconique opère à travers la métaphore du voile des apparences. En reprenant les idées de Platon sur les images et les idées, le réel et le simulacre, Payant rejoint la pensée de Deleuze sur les questions du factice et du simulacre. Celui-ci aurait le pouvoir de détruire modèles et copies pour instaurer un chaos créateur, qui fait marcher et lever les fantasmes (Deleuze, 1969 : 307).

3. L'écriture photographique

    La photo, pour Payant, s'éloigne de la réalité pour produire une image qui est l'ombre du réel; à l'intérieur de celle-ci s'ouvre une brèche qui la place à contre-sens du représenté. A travers cette trouée, qui laisse voir les jeux de la représentation, le spectateur pénètre au coeur de l'équivocité. La dimension iconique ressortirait à un double principe énoncé par Payant: elles (les oeuvres) font plaisir à regarder, tout en mettant en question « la représentation photographique où les choses ne se retrouvent qu'en images et où la photographie réfléchit à travers elles sur elle-même » (Payant, 1987 : 508). L'image intéressante présentera une portée critique, tout en se donnant comme un « super-codage où s'infiltrent les pulsions, les passions et le monde onirique » (Payant, 1987 : 510).




Page - 1      Page + 1


AS/SA nº 2 (11.1996), Article 8 : Page 4 / 11


© 1996 AS/SA

E-mail to the editors
Pour écrire à la rédaction

22.11.1996