Portelance, Christine : « De la nomination : catégorisation et syntagmatique;»

58




    Or Quine lui-même opère une disjonction entre la théorie de la signifiance et celle de la référence, tout en admettant que ces théories sont indissociables puisque l'on ne saurait traiter de l'une sans traiter de l'autre. Cette corrélation, aporétique de prime abord, s'appuie sur un refus d'accorder un statut d'engagement ontologique à l'usage linguistique. De même, il récuse une distinction stricte entre l'analytique et le synthétique et développe ainsi une position critique face au logicopositivisme. Avec de telles remises en question, on peut se demander s'il existe pour Quine d'autres certitudes que celle de l'existence du langage.9 L'autre posture dans le présent article consiste à montrer que la syntagmatique en langues de spécialité, qui réfléchit l'acte de nomination, illustre une telle oscillation entre les deux pôles « sens » et « référence » et qu'elle constitue bien un réseau de règles sous-jacentes au jeu de la nomination.

    On peut objecter que certains syntagmes terminologiques constituent des cas limites et ne semblent exister que pour la nécessité du catalogue (cf. Auger, 1978). Si on est en droit de douter qu'il y ait pour des termes comme degré d'inclinaison d'un vaisseau spatial par l'éjection de gaz par les tuyères (nozzle gaz ejection ship altitude control ) de réels locuteurs, en revanche il n'existe pas de limite de longueur purement linguistique pour les composés, la contrainte dépend de facteurs pragmatiques liés à la communication (cf. Renou, 1952 : 105). Pour éviter les termes « virtuels », j'ai examiné des composés lourds en situation discursive par l'étude de courts textes tirés d'une revue technique. Dans un texte 10 d'environ mille deux cents mots portant sur les tubes cathodiques, j'ai trouvé la série suivante :

    tube cathodique
    tube image
    tube image couleur
    tube image couleur plat à coins carrés

À chaque terme de la série, on note un ajout d'information, car la détermination ajoutée est différentielle. On remarque que l'adjectif cathodique tombe ; cette détermination devient implicite puisqu'il n'existe pas de série de tubes non cathodiques dans le même domaine.

9 En cela, il rejoindrait Wittgenstein dans la rupture entre le Tractatus et les Investigations, un fractionnement qui laisse entendre que la vérité est justement dans cet interstice, dans cette brèche (pour la discussion sur le passage d'une posture à l'autre, cf. Pears, 1993) [POUR RETOURNER AU TEXTE]

10 Ce texte est tiré de la revue Toute l'électronique511 (1986). Il fait partie d'un corpus constitué par le Groupe de recherche en lexicologie, en terminologie et en sémantique (GRESLET) de l'Université de Montréal. [POUR RETOURNER AU TEXTE]




Page - 1      Page + 1


AS/SA nº 2 (11.1996), Article 3 : Page 4 / 9


© 1996 AS/SA

E-mail to the editors
Pour écrire à la rédaction

22.11.1996