La retrempe référentielle

Ghislain Bourque
Université du Québec à Chicoutimi

 

 


Ce à quoi un signe renvoie

    En toute simplicité, et pour ne rien compliquer en l'affaire, il conviendra ici, de considérer le « référent » comme « ce à quoi un signe renvoie ». Tenant compte, toutefois, que ce signe hérite d'une nature linguistique, c'est-à-dire propre à un système codifié, mais tout autant prend des allures textuelles en ce sens qu'il s'inscrit dans un parcours, il ne sera pas inutile, plutôt que de s'attarder à l'état de signe, de bien particulariser, en l'idée comme en la matière, la fonction de « renvoi ».

    En l'idée, l'activité qui se rattache à la fonction de « renvoi » est mercantile. Elle ressortit à un commerce dont la visée fondatrice se trouve être l'échange. Remarquable dans le détail comme dans la généralité cet exercice fut, en son temps, débusqué avec intelligence par Jean-Joseph Goux (1973), sur la base d'un commerce mesuré sur des plans idéologique et social.

    En la matière, les conditions qui prévalent à la fonction de « renvoi » établissent un parti pris opératoire. Elles se raccrochent à un commerce dont la pratique courante s'emploie à faire valoir. Sous les bons offices de Jean Ricardou (1982, 1994), le précis engrenage des dispositifs réglant ce renvoi fut par deux fois décortiqué, sous un angle matérialiste, au gré d'une démarche en tout point réfléchie.

    Le renvoi, en circonstance textuelle, se présente comme une opération de lecture. Son exercice qui, d'une trace, invite le lecteur à se reporter à tel ou tel référent, n'a d'autre choix que d'être mercantile. Puisqu'il est de part en part supporté par un mécanisme d'échange ; un mécanisme qui, à compter de mot, phrase, paragraphe, opère une substitution, établit une équivalence... À cela rien d'anormal, étant donné que l'objectif même du « renvoi » en cause est de faire apparaître, en remplacement de la trace, un référent, porteur de sens, et réglé en vue d'accorder à la trace échangée une valeur. Une valeur qui se trouve orientée selon une perspective textuelle, et contrôlée le plus souvent de manière sémantique.

    Au plus simple on peut faire porter le poids de cette valeur dans une mesure assurant une manière de substitution. Pour un mot - par exemple prenons « GRUE » - diverses manières de « renvoi » feront apparaître, via le référent, de la valeur.




Page - 1      Page + 1


AS/SA nº 2 (11.1996), Article 4 : Page 1 / 9


© 1996 AS/SA

E-mail to the editors
Pour écrire à la rédaction

22.11.1996