Bourque, Ghislain : « La retrempe référentielle »

65

 

 


        
  • Par voie de définition, d'abord, le mot « GRUE » se verra par trois fois référencé :
        1) échassier migrateur qui vole par bandes ;
        2) femme de moeurs légères et vénales ;
        3) machine de levage et de manutention.

        
  • Par voie de synonymie, ensuite, où de même la référence s'affiche, mais en raccourci :
        1) trompette ou agami ;
        2) prostituée ;
        3) chèvre ou derrick.
        
  • Par voie de dessin, tout autant, où la référence vient à se présenter sous forme d'image...

        
  • mais aussi par voie d'émission sonore - un caquètement ou un glapissement pour l'échassier ; ou par voie de démarche - un déhanchement suggestif pour la prostituée, etc.

    Bref, selon une transparence défendue par l'analogie, l'exercice de renvoi accorde au mot référencé une valeur contrôlée de manière sémantique. Valeur qui lui accorde un sens mesuré selon la perspective d'évocation propre au terme. Perspective ici clôturée à la vertu d'isolement du mot « GRUE ». Mais qui peut, selon le contexte, s'accorder à une extension textuelle. Quand, par exemple, un énoncé vient à se faire entendre :

    « De vieilles grues quêtent sur les quais ».

Dès lors, rien moins qu'une conversion paraphrastique détermine les modalités de l'échange. Faisant prendre ainsi, selon le contexte, à l'énoncé telle ou telle valeur :

        
  • Des oiseaux fatigués quémandent à proximité des restes de pêche;
        
  • Des prostituées un peu mûres sollicitent des marins de passage;
        
  • Des machines grinçantes veillent au déchargement des navires.

Une valeur obtenue, ici encore, par substitution, et sanctionnée à nouveau de manière sémantique.

La valeur, le sens !

    Tout composant textuel, du moment qu'il se présente, s'expose aux contrecoups d'une valeur référentielle. Il s'y expose, statutairement, en vertu d'un a priori linguistique - que l'usage d'un dictionnaire analogique détermine par instructions représentatives mais de même, sans réserve, s'y engage par dérogation, eu égard au déploiement de conditions textuelles - que la mise en place d'opérations paramétriques rend opératoire, nous dirons, par constructions présentatives.

    Les ajustements de ces régimes différenciés de valeur demeurent, toutefois, éminemment variables. En effet, là où l'un commande une valeur qui tombe sous le sens, l'autre revendique une production un rien transgressive. Et ce départage, il faut le croire, n'a en lui-même rien d'étanche. Puisque chacune compose avec l'idée de l'autre, factuelle, virtuelle ou inférentielle, selon une cohabitation négociée terme à terme.

    Mais pour ne pas que le propos s'effiloche et finisse par se perdre dans un dédale idéologique, il convient de resserrer les liens engagés dans la définition de deux concepts : l'un, la valeur, l'autre, le sens.

    1. La valeur : un effort de vocabulaire, ici, conduit à spécifier le concept de « valeur » en tant que « mesure permettant de fixer le cours du sens ». C'est-à-dire, pour faire plus pratique, une mesure d'appréciation qui discrimine le nombre et la nature des opérations autorisant l'apparition du sens et, consécutivement, les conditions de sa fluctuation.




Page - 1      Page + 1


AS/SA nº 2 (11.1996), Article 4 : Page 2 / 9


© 1996 AS/SA

E-mail to the editors
Pour écrire à la rédaction

22.11.1996