Le personnage-référentiel comme composante
de la lisibilité sémiotique

Noëlle Sorin
Université du Québec à Montréal

 

 


    Devant les limites de la lisibilité linguistique et de la compréhensibilité, nous proposons un nouveau concept de lisibilité, la lisibilité sémiotique, dont l'objet est le texte narratif et sa capacité à se faire comprendre. Cette lisibilité s'élabore à partir de plusieurs composantes narratives et discursives dont l'une d'elles est le personnage. Le personnage possède indéniablement un statut sémiotique. Cette constatation l'éloigne certes d'une approche historique, psychologique, psychanalytique ou sociologique, encore prégnante en littérature, mais, considéré comme signe, il nous intéresse en tant que catégorie participant de la signification, particulièrement dans les romans de la littérature de jeunesse.

La lisibilité sémiotique

    Les sémiotiques de Greimas et d'Eco nous ont fourni le cadre de référence pour expliquer la lisibilité comme étant ce passage d'une écriture vers la lecture, tel qu'identifié par Bourque (1986, 1990), mais saisi ici comme le passage d'un parcours génératif (celui de Greimas, 1966) vers le parcours interprétatif (celui d'Eco, 1979), c'est-à-dire le passage d'un texte défini selon son mode de production vers le lecteur modèle défini selon son mode d'interprétation.

    La lisibilité sémiotique (Sorin, 1996) désigne ce lieu d'intégration du parcours génératif et du parcours interprétatif : le parcours génératif avec ses niveaux de structures de sens et les composantes textuelles qui leur sont associées ; et le parcours interprétatif, qui est celui du lecteur modèle, c'est-à-dire la stratégie textuelle correspondant au rôle attendu du lecteur, à son rôle tel qu'institué par le texte. Cette démarche d'interprétation est promue par le texte comme autant d'opérations cognitives et langagières, qui participent de son élaboration et qui permettent au lecteur d'actualiser ces mêmes structures de sens et de reconstruire le texte dans sa signification.

    La lisibilité sémiotique est un processus textuel à l'intérieur duquel le texte, à travers ses niveaux de structures et tout un réseau de composantes et d'opérations, génère des interprétations prévues dans sa stratégie, menant ainsi le lecteur modèle à l'interprétation globale (Figure 1, extrait de Sorin, 1996 : p.359).

    Comme la lisibilité sémiotique s'articule selon les trois niveaux de structure textuelle reconnus par la sémiotique, nous avons donc la lisibilité narrative pour les niveaux sémio-narratifs profond et de surface, et la lisibilité discursive pour le niveau discursif.

    On reconnaît à la lisibilité sémiotique dix composantes interreliées, cinq appartenant à la lisibilité narrative, telles que : le parcours narratif, la structure actantielle, le schéma narratif, la structure idéologique et la structure axiologique, et cinq composantes appartenant à la lisibilité discursive : le parcours figuratif, la configuration discursive, le rôle thématique, le personnage et l'énonciation/énoncé.

    Par ailleurs, la lisibilité sémiotique d'une oeuvre littéraire est fonction, d'une part, de l'écart entre les composantes de l'oeuvre et une certaine normalité admise, liée à ces mêmes composantes, normalité mise surtout en évidence par Hamon (1974). D'autre part, pour le lecteur, la lisibilité sémiotique est tributaire de l'écart entre les habiletés cognitives et langagières qu'exige l'oeuvre et la compétence individuelle, définie par le degré de maîtrise de ces habiletés, donc de l'écart entre le lecteur modèle et le lecteur empirique.

73




Page - 1      Page + 1


AS/SA nº 2 (11.1996), Article 5 : Page 1 / 7


© 1996 AS/SA

E-mail to the editors
Pour écrire à la rédaction

22.11.1996