Sorin, Noëlle : « Le personnage- référentiel comme composante de la lisibilité sémiotique »

76

 

 


    Le personnage-référentiel a donc une fonction d'ancrage réaliste aidant à la construction de l'illusion réaliste. Conséquemment, il supporte l'acceptabilité du texte, c'est-à-dire sa lisibilité ou non, sa cohérence ou non, sa vraisemblance ou non (Reuter, 1988).

    Par ailleurs, le personnage renvoie à un signifié lui conférant un « sens » (Hamon, 1977 : 125). En tant qu'objet sémiotique, en tant qu'unité de signification, le personnage possède une « étiquette sémantique » qui « n'est pas une « donnée » a priori, et stable, qu'il s'agirait purement de reconnaître, mais une construction qui s'effectue progressivement, le temps d'une lecture, le temps d'une aventure fictive » (Hamon, 1977 : 126). Il est donc à la fois le produit « d'un effet de contexte (soulignement de rapports sémantiques intratextuels) et d'une activité de mémorisation et de reconstruction opérée par le lecteur » (p. 126). Cette notion de contexte peut être élargie « à tout le texte de l'Histoire et de la Culture » (p. 126). Ainsi, le rôle d'un personnage historique dans le récit est « éminemment prévisible [...], dans la mesure où ce rôle est déjà prédéterminé dans ses grandes lignes par une Histoire préalable déjà écrite et fixée » (p. 126).

    Cette « relative fixité du nom (et du « rôle », déjà fixé par l'histoire, du personnage transformé en destin) » est un facteur de lisibilité, sans toutefois exclure du nom « une certaine fonctionnalité narrative originale à l'oeuvre » (Hamon, 1977 : 127). Ces noms historiques, mythologiques ou sociaux « demandent à la fois d'être reconnus (ils font alors appel à la compétence socio-culturelle du lecteur) et compris (reconnus ou pas, ils entrent dans un système de relations internes construit par l'oeuvre) ».


Le personnage-référentiel dans Le roman d'Agatha

    Nous avons construit une représentation de la lisibilité sémiotique d'un roman de littérature de jeunesse, de type sériel, Le Roman d'Agatha d'Yves Arnau1 (1989), qui est une parodie de roman policier. Pour identifier la catégorie des personnages-référentiels, nous allons uniquement nous attarder aux quatre personnages principaux : Edgar Allan (le détective), Ben Saïda (son assistant détective), Agatha Grisly (la romancière) et Alfred Thicock (le valet de chambre).

    Comme nous le constatons, au regard de la catégorie des personnages- référentiels, les personnages du Roman d'Agatha sont d'abord des personnages sociaux : le détective, l'assistant détective, la romancière, le valet.

    Les personnages peuvent aussi être analysés à partir de leur signifié. La construction du personnage en tant qu'unité de signification est d'importance en lisibilité (Hamon, 1977). De ce point de vue, certains personnages du Roman d'Agatha portent une étiquette sémantique culturelle, voire historique.

    Ainsi, Edgar Allan réfère bien sûr à Edgar Allan Poe, célèbre pour le monde fantastique et morbide qu'il a créé, mais aussi pour ses constructions paralogiques. Sans que cette filiation rende prévisible le rôle d'Edgar Allan dans le récit, elle prédétermine cependant le caractère paradoxal du personnage et ses erreurs de jugement, que nous retrouvons tout au long du récit.

1 Arnau, Yves. (1989). Le roman d'Agatha. Montréal : Éditions Pierre Tisseyre. Coll. Les aventures d'Edgar Allan, détective. [POUR RETOURNER AU TEXTE]




Page - 1      Page + 1


AS/SA nº 2 (11.1996), Article 5 : Page 4 / 7


© 1996 AS/SA

E-mail to the editors
Pour écrire à la rédaction

22.11.1996