Brouillards sémiotiques et brouillages politiques

Richard Dubois
Collège de Lévis




« Un travail... doit servir une socialisation progressive de quelques problèmes. »

    - D. Rottenberg

« La sémiologie ne peut se faire que comme une critique de la sémiologie qui donne sur autre chose que la sémiologie : sur l'idéologie. »

    - J. Kristeva



Où il sera question du référent

    Qui est plus qu'une notion, davantage et moins qu'un concept, une banale et bien vulgaire réalité : l'autre nom du monde, du monde réel (que j'appellerai ici le référent-monde).

    Mon propos immédiat : la confusion sémiotique des origines, et en particulier le problème non résolu du schéma de Jakobson, tiré parfois du côté littéraire, puis, plus ambitieusement, mais comme si c'était une évidence, du côté linguistique universel d'une part ; d'autre part, l'égal brouillard sémantique entourant la notion de référent, d'où découle un certain nombre de problèmes éminemment concrets. Il me semble en effet que la question du référent, cet « irrésolu fondamental » tiraillé entre « texte » et « contexte », centre et périphérie, monde réel et tour d'ivoire, indique sinon une cause, à tout le moins une explication lointaine de la présente confusion des gens et des genres, elle-même constitutive de certaines dérives discursives actuelles, où la bien nommée « pensée politiquement correcte » (PPC) est en train d'occuper une position hégémonique.

    Cette dernière constitue mon propos latent, à la fois lointain (que vient le faire le référent dans la galère du politiquement correct ?) et immédiat. J'ai en effet l'intime conviction qu'aborder la sémiotique est toujours une façon de faire de la politique par un autre biais. Allons au-delà des débats pointus, toujours nous verrons se profiler une position, une morale, plus prosaïquement : une posture publique à défendre, une image, un groupe, une École, un camp.

    C'est toujours de camp qu'il s'agit, immanentiste ou référentialiste. Cela étant posé, je veux bien feindre, tactiquement, de ne parler que de référent...

    Posons d'abord un problème de logique, qui me semble remonter aux origines du débat linguistique : il est important puisqu'il oblige peut-être à choisir, chez l'auteur des Essais de linguistique générale entre schéma de communication linguistique et schéma de communication littéraire, entre Jakobson et Jakobson. En d'autres termes, et notamment par le biais du « référent-monde » : j'entends ici greffer un peu de réel sur les diverses sémiosis, craignant que la pente « naturelle » de ces dernières soit finalement une sorte d'autotélisme, dont la version historique ou contemporaine, spirituelle, psychanalytique, ou esthétique, modernisée, s'appelle tout simplement, en termes ordinaires : angélisme, narcissisme, et tour d'ivoire.

80




Page - 1      Page + 1


AS/SA nº 2 (11.1996), Article 6 : Page 1 / 8


© 1996 AS/SA

E-mail to the editors
Pour écrire à la rédaction

22.11.1996