Résumés des articles / Abstracts of the Articles

Nº3

[Pour aller aux résumés français]


 
Patrice Pavis : "The State of Current Theatre Research"   [pdf]


This article, which constitutes the first chapter of Pavis' new book to appear in English later this year, provides an account of the major approaches to the theory of the theatre in use today, as well as an historic overview of their origins. Beginning with the Dramaturgy first described in Germany by Lessing and in France by Diderot, the author traces the development of these descriptive analyses to the early twentieth century. With the dawn of this century's semiological approaches, Pavis draws an important distinction between this new tendancy, which he terms "reconstruction analysis," and those which preceded it, "reporting analysis." He then examines the contributions of Saussure in linguistics to the early theatre theory of Artaud and Barthes. From this stage he traces the rise and crisis of theatre semiotics to the present, where despite fruitful modes of approach (Übersfeld, Pavis, and others) there is considerable difficulty relating to the crisis of semiotics itself. In the context of this difficulty, the author examines deconstructionism and "desemiotics" among flawed attempts to overcome the lack of theoretical adequacy. He then relates the latter to the very nature of the methodology, examining narratological and spatio-temporal approaches as inherently limited due to their focus on the surface structures at the expense of anthropomorphic deep structures such as those proposed in the most modern, anthropological approaches to the subject. [Article in English]


Gary Smith : "Self-Synecdoche of the Plot in Les Fausses Confidences  [pdf]

Marivaux excelled in psychologically realistic comedy whose rigorous verisimilitude often 'forces' unwilling characters to declare their love. In Les fausses confidences, he employs a series of plots enclosed one within the other to compel the characters to play rôles, thereby permitting them to speak words that they would not otherwise employ. Assertions made within the framed action have ironic meanings when they cross the threshold, but once the characters themselves have spoken the words, albeit ironically, they are prepared to accept their non-ironic meaning when the pretences of the framing actions are gradually stripped away. Moreover, as the entire play is "only theatre", the audience is taken in as well, condoning not only the cruel method employed to procure it, but also the precipitous mismatch itself of the wealthy widow Araminte with her new business manager. This article describes the functioning of this process by analysing the effects of the structuring of the discourse on its meaning. [Article in French]


Isabelle Moindrot : "Toward a Poetics of Theatrical Speech: The Language of Opera"  [pdf]

In this study Moindrot, once a student of Übersfeld (who directed the thesis of the former), examines the language of opera as a key to a new understanding to the theory of the language of theatre itself. This approach is based on the following idea: the text of the opera is not only performed, but doubly so: in its theatrical nature as well as in its subordination to musical forms - melody, harmony, recitative, rythm. Language in opera is of a complete and ostentatious artificiality, contrivance, theatricality. This inherent and highly exposed "performance-essence" is precisely what Moindrot focusses upon in her novel approach.
The author achieves a highly original analysis of the pragmatics of theatre through the questions of figure, multiplicity of voice, context of enunciation and other factors which, as she points out, are extremely visible in opera. Her approach is therefore semiological and pragmatic, like that of her own teacher, yet she is able to add something new to the field. The reader will, incidentally, find her article a natural lead-in to AS/SA's next issue, devoted to the Semiotics of Music. [Article in French]


Jean-Pierre Sarrazac : "Interview with the Editor"  [pdf]

This interview, conducted in Paris, France in April 1997, invites Sarrazac, Chair of the theatre studies department at University of Paris III, to discuss his views of modern theatre and modern theory. This scholar, who is a playwright and former student of Roland Barthes, explains his view of theatre as a citizen's forum for politicised discourse in which society's ills are examined in the "blinding brightness" of the stage's lighting. He describes how his view of theatre semiosis involves a movement of sense from the author and director to the audience, rather than from the text to the stage, as other scholars such as Übersfeld see it. For Sarrazac, the text is merely one of the forms the theatric act takes on during performance, albeit a privileged and primary one; his interest lies chiefly in the way in which the meaning is born of the forms of theatre, and the manner in which the lyrical, poetic and political aspects of the stage representation overflow into one another. Sarrazac explains how he sees the theatre not as the deciphering of an "enigma" which is the "Sphinx of the text" in Vitez' terms, but rather the "bringing to fruition" of the enigma as an unsolved problem whose exposition is the purpose of the theatre. For Sarrazac, this art form is primarily a means for asking the "question of the Other," a question which, he says, "we need extremely badly." [Interview in French]


Book Review: Roger-Daniel Bensky's Le Masque foudroyé  [pdf]

This book, whose title means "The Mask Shattered," is Roger Bensky's latest study, which appears only this month. In it Bensky, of Washington D.C.'s Georgetown University, describes a new paradigm for the understanding of theatre based on a reworking of the Dionysus myth. Like Durand, whose view of semiotics focusses on the very images acculturation paints in the mind, rather than the traditional axiomatisation of abstract structural transactions constructed by researchers, Bensky realises that within the very myth of the god of theatre lies a cluster of clear and powerful mythical images which explain, in viscerally immediate terms, the very form of the medium. Developing this "mythographical approach" in a manner reminiscent of Dilthey's and Heiddegger's treatments of poetry and the ontology of mind, Bensky examines twentieth-century French theatre in terms of Dionysus as Mask. In a fascinating manner, this approach seizes directly the ontological question of identity (the mask of the character rather than that of the actor, which is merely a metaphor for the former) and alterity (the question raised in Heiddegger's treatment of the Dasein - a void, a need, a search for the sense of one's own existence) as portrayed so directly by the theatre.
The work contains a number of short scenographical and dramaturgical studies based on the common mythical paradigm, as well as an unpublished interview with Eugene Ionesco. This book is in French. [Review in English]




   Résumés des articles



Patrice Pavis : « État des lieux des recherches sur le théâtre »
  [pdf]

Cet article, qui constitue le premier chapitre de la nouvelle étude de Pavis qui sera publiée cette année par un éditeur de langue anglaise, fournit un survol des grandes approches qui se partagent le domaine de la théorie théâtrale aujourd'hui, ainsi qu'un aperçu de leur historique. Démarrant son étude avec la dramaturgie novatrice décrite par Lessing en Allemagne et en France par Diderot, Pavis retrace le développement de ce genre d'analyse descriptive jusqu'à l'aube du vingtième siècle. A l'orée des approches sémiologiques contemporaines, Pavis voit une distinction de taille à établir entre cette nouvelle tendance qu'il baptise « analyse de reconstruction » et sa devancière, « l'analyse de répercution ».
Pavis en vient à aborder la contribution saussurienne, depuis le champ linguistique, à la théorie théâtrale première façon d'un Barthes et d'un Artaud. Il poursuit de là jusqu'à l'apogée et à la crise de la sémiotique du théâtre jusqu'à nos jours où, sans qu'il se rencontre pénurie d'approches fructueuses (Übersfeld, Pavis et autres) règne un malaise qui provient d'une crise de la sémiotique elle-même. C'est dans un tel contexte que l'auteur traite la déconstruction ainsi que la « désémiotique » comme autant d'autres tentatives avortées pour faire face à un cadre théorique encore inadéquat. Pavis rapporte ce dernier à la nature même de la méthodologie d'enquête, et se tourne vers les approches narratologique et chrono-spatiales en tant qu'elles sont intrinsèquement limitées par leur angle d'attaque de structures de surface, au prix de négliger les structures profondes anthropomorphes qui se sont vues proposées dans les approches anthropologiques les plus récentes. [Article en anglais].


Gary Smith : « La mise en abyme dans Les Fausses confidences »  [pdf]

Marivaux excelle dans un genre de comédie cruelle qui voit souvent des personnages réticents contraints d'avouer leur amour. Dans Les fausses confidences, il utilise une succession d'intrigues enchâssées qui présentent aux personnages certains rôles comme des cartes forcées, et leur fait par là prononcer des paroles qu'ils n'emploireaient en aucune autre circonstance. Les assertions qui prennent place dans un tel cadre actionnel ont un sens ironique lorsqu'elles sont vues de l'autre côté du seuil de l'action dans laquelle elles s'insèrent originalement, mais une fois que les personnages eux-mêmes ont prononcé ces mots, certes ironiquement, ils sont tout prêts à prendre leur sens littéral dénué d'ironie, au fur et à mesure que les artifices des enchâssements divers se dissolvent. Par ailleurs, puisque l'ensemble de la pièce n'est rien que « du théâtre », le public se laisse prendre au même piège : il ferme les yeux non seulement sur divers stratagèmes plus ou moins cruels, mais aussi sur la mésalliance prématurée de la riche veuve Araminte avec son nouvel intendant. Cet article détaille le fonctionnement du processus théâtral marivaudien en analysant les effets de sa structuration sur le sens du discours. [Article in French]



Isabelle Moindrot : « Pour une poétique de la parole théâtrale : la parole d'opéra »  [pdf]

Moindrot, dont la thèse de troisième cycle a été dirigée par Übersfeld, se tourne vers le langage lyrique où elle discerne la clé d'une compréhension novatrice de la théorie langagière du théâtre proprement dit. Cette approche se fonde sur l'idée suivante : le texte lyrique n'est pas seulement joué, mais l'est à double titre. De par sa nature théâtrale d'une part, mais aussi dans son ancillarité par rapport aux formes musicales telles que la mélodie, l'harmonie, le récitatif et le rythme. La parole opératique procède d'une artificialité, d'une recherche, bref d'une théâtralité qui agit sur tous les plans et se montre comme telle. C'est précisément cette « essence-performance » inaliénable et exhaussée que Moindrot tente de cerner dans sa nouvelle approche.
Moindrot livre là une analyse originale de la pragmatique propre au théâtre à travers les questions de figure, de polyphonie, de co-texte d'énonciation et d'autres facteurs qui, ainsi qu'elle le signale, sont tout particulièrement mis de l'avant sur la scène d'opéra. Son approche jumelle donc sémiologie et pragmatique, comme le fait celle qui l'a formée, et la laisse à même de renouveler le champ des études théâtrales. Les lecteurs trouveront, soit dit en passant, que son article est une ouverture naturelle vers le prochain numéro qu'AS/SA consacrera bientôt à la sémiotique musicale. [Article en français].


Jean-Pierre Sarrazac : Entretien avec la rédaction  [pdf]

Cet entretien qui s'est déroulé à Paris (France) en avril 1997 avait pour but de proposer à Sarrazac, Directeur du Département d'Études théâtrales de l'Université Paris III, de présenter ses vues sur le théâtre et le champ théorique modernes. Ce chercheur, qui est aussi dramaturge et ancien élève de Roland Barthes, présente sa vision d'un théâtre comme agora offerte aux citoyens pour exposer le contenu politique de leur discours où les maux sociaux sont mis en lumière par les feux de la scène.
Sarrazac explique comment sa vision de la sémiosis théâtrale implique une circulation de sens qui va de l'auteur au metteur en scène et aux spectateurs, plutôt que du texte à la scène, ainsi que d'autres chercheurs le croient, comme Übersfeld en particulier. Pour Sarrazac, le texte n'est rien qu'un des avatars de l'acte théâtral pendant la représentation, quoiqu'il reste fondateur et privilégié. Son intérêt est principalement dans la façon dont le sens rejaillit des formes dramatiques, et dont les aspects lyriques, poétiques et politiques de la scène s'entremêlent. Sarrazac explique la manière dont il voit le théâtre non pas comme le déchiffrement d'une « énigme » qui serait ce que Vitez a appelé le « Sphinx du texte », mais bien plutôt comme la « fructification » d'une énigme en tant que celle-ci pose un problème que le théâtre se donne pour but d'exposer. Pour Sarrazac, cette forme artistique est tout d'abord une manière de poser la question de l'autre, une question dont nous avons éminemment besoin.[Entretien en français].


Compte-rendu : Le masque foudroyé de Roger-Daniel Bensky  [pdf]

Il s'agit du dernier ouvrage publié par Bensky, qui est paru au mois de mai 1997. Bensky, de l'université Georgetown de la capitale Washington, y décrit un paradigme neuf pour mieux comprendre le théâtre : une reconfiguration du mythe de Dionysos. Comme Durand, dont les positions à l'égard de la sémiotique se concentrent sur les images qu'une certaine acculturation met au fronton de l'esprit plutôt que d'axiomatiser in abstracto des transactions culturelles reconstruites par la recherche traditionnelle, Bensky se rend bien compte qu'au sein même d'un mythe du dieu du théâtre gisent les configurations d'images mythiques puissantes et sans ambiguïté qui expliquent en termes viscéraux chargés d'immédiateté la forme intime du medium. A partir du développement de ce qu'il nomme « approche mythographique » dans un goût qui rappelle Dilthey et Heidegger quand ils traitent de la poésie et de l'ontologie spirituelle, Bensky examine le théâtre français du vingtième siècle sous l'angle de Dyonisos en tant que masque. D'une façon fascinante, cette approche a prise de plain pied sur la question ontologique de l'identité (le masque du personnage remplace celui de l'acteur qui n'est au fond qu'une métaphore du premier) et de l'altérité (la question soulevée par le traitement heideggerien de l'être-là - un vide, une absence, un besoin et une quête du sens de sa propre existence par l'individu) qui sont les toiles de fond immédiates du théâtre.
Cet ouvrage en français contient plusieurs études succinctes, tant scénographiques que dramaturgiques, qui s'appuient toutes sur le paradigme mythique qu'elles ont en commun, ainsi qu'un entretien inédit avec Eugène Ionesco. [Compte-rendu en anglais].


124


Page - 1      Page + 1


AS/SA Nº3 (1997.05)  ISSN 1204-6140

Editors/Rédacteurs : Pascal G. Michelucci & Peter G. Marteinson
University of Toronto



© 1997 AS/SA

E-mail to the editors
Pour écrire à la rédaction

1997.05.03