Gary Smith: « Mise en abyme... Fausses confidences... »

142





Sigle Niveau
Ø Le cadre -- Discussion du complot, Dorante et Dubois
#1 Projet matrimonial, Dubois ->-> Dorante =>Araminte
#2 Projet matrimonial, M. Rémy ->-> Marton =>Dorante
#3 Projet matrimonial, Mme Argante ->-> le Comte =>Araminte
#4 Projet matrimonial, M. Rémy ->-> la riche femme =>Dorante
#5 Épreuve de l'amour, Araminte => Dorante


Je désigne le cadre comme le niveau nul (Ø ) parce qu'il ne s'agit pas de mise en abyme. Par contre, il y est question de la mise en place du premier « jeu », celui de la pièce, le niveau où l'on ne joue pas de rôle et dans lequel les autres « jeux », ceux de Dubois et des autres personnages, vont se dérouler. Il s'agit du niveau où l'illusion mimétique est la plus forte.
Les intrigues internes ne se déroulant pas indépendamment les unes des autres, l'imbrication des projets et de l'épreuve crée une structure gigogne qui présente des mises en abyme enchâssées les unes dans les autres depuis le lancement du premier projet, celui de Dubois. D'ailleurs, chaque mise en abyme ayant pour effet de rendre le contenu du niveau l'encadrant plus réel ou vrai, chaque imbrication plonge de plus en plus profondément dans la fausseté.
Les deux premières scènes du premier acte se déroulent au niveau de la pièce. La raison pour laquelle Dorante est chez Araminte, son amour pour la veuve, est révélée aux spectateurs et Dubois se présente comme adjuvant de cet amour. Le niveau #1 commence dans la troisième scène avec l'arrivée de M. Rémy et de Marton. Dorante doit plaire à Marton pour faire réussir son projet principal. Le projet matrimonial de M. Rémy ne peut pas être rejeté sans froisser Marton. L'assentiment tacite, puis ambigu, de Dorante à ce projet, le niveau #2, sert un but dans le niveau #1, mais n'est pas tout à fait candide ni franc. Cette situation se prolonge en silences et réponses ambiguës de la part de Dorante jusqu'à sa sortie à la fin de la cinquième scène. Après ce départ, le niveau #2 continue d'agir pour Dorante au niveau #1, Marton le louant à Araminte dans la sixième scène et l'appuyant dans la septième lors de la première rencontre d'Araminte avec Dorante. Une pause s'ensuit avec deux scènes purement comiques mettant en vedette Arlequin ; ces lazzis insérés n'ont rien à faire avec les intrigues sauf qu'ils établissent Arlequin, le personnage bête de la commedia dell'arte, comme valet de Dorante.
Le commencement du niveau #3, celui de l'intrigue de Mme Argante, la mère d'Araminte, qui souhaite voir cette dernière épouser le Comte Dorimont, suit la pause. Les scènes dix et onze expliquent cette autre intrigue, et aussi l'imbrication de l'intrigue #2 de Marton -- elle aura mille écus du Comte si Araminte consent au mariage. Les intérêts de Marton sont maintenant doubles, et tous les deux sont contraires aux intérêts de Dorante au niveau #1. Dorante trouvera sa justification pour décevoir, voire tromper Marton, dans le double jeu de cette dernière. La position fausse de Marton dans l'intrigue imbriquée permet, quant à la moralité, cette action de Dorante dans l'intrigue #1 qui enchâsse les niveaux #2 et #3.
Le premier acte continue d'explorer les possibilités des mises en abyme des trois premiers niveaux. Toutefois, l'intrigue prend de l'allure avec la fausse confidence que Dubois fait à Araminte à la scène quatorze. Ce qu'il lui dit est vrai tandis qu'il ne s'agit pas vraiment d'une confidence qui débarrasserait l'émetteur d'un fardeau, mais plutôt de ce que Patrice Pavis caractérise comme un « cadeau empoisonné » (Pavis 1986, 285), destiné à changer le moyen de penser du récepteur. Dubois réussit à changer la polarité d'Araminte, la projetant dans l'abyme de l'arrière-pensée. Elle avait constaté la « très bonne façon » de son futur intendant (Acte I, scène 6), mais n'aurait pas pensé à l'amour. La confidence de Dubois soulève cette question et la dénégation commence à opérer chez Araminte. Son changement de polarité prépare Araminte pour sa participation au niveau #1, mais aussi à agir différemment dans les autres niveaux de la pièce. Lors de l'entretien entre Dorante et Araminte à la scène seize du premier acte, l'indécision et l'hésitation de cette dernière, auparavant prête à embaucher Dorante, témoignent de l'effet de la confidence de Dubois. Araminte est confuse et est consciente de l'effet de la confidence.
Par ailleurs, dans la scène seize du premier acte, on retourne au niveau Ø, celui du cadre, lorsque Dubois et Dorante discutent leur complot, puis dans la scène suivante, lorsque Dubois commence à faire jouer les intrigues les unes contre les autres en suggérant à Marton qu'elle aurait sujet d'être jalouse d'Araminte, à qui Dorante fait les yeux doux. Encore, en confiant la vérité, à Marton cette fois-ci, Dubois met en marche des soupçons qui changent la manière de penser du récepteur. Marton est maintenant aux aguets, cherchant des preuves de l'amour de Dorante pour elle. Les fausses confidences sont maintenant à l'oeuvre aux niveaux #1 et #2.
Le deuxième acte commence avec l'entretien d'affaires de Dorante avec Araminte où il fait part de son opinion sur le procès du Comte au niveau #3. Il avance sa cause en trouvant celle du Comte sans mérite. Mais presque immédiatement, M. Rémy arrive et offre un autre mariage à Dorante -- l'intrigue #4 enchâssée dans la pièce. M. Rémy avait dit que le mariage avec Marton suffirait « en attendant mieux » (Acte I, scène 4), ce qu'il pense avoir trouvé. Cette nouvelle intrigue prend place dans les autres. Araminte, au niveau #1, prend le refus du mariage de Dorante comme une autre preuve de l'amour qu'il a pour elle. Par contre, Marton, sans être au courant des intrigues, dit que « quelqu'un » rêverait en refusant un tel mariage, mais en apprenant qu'il s'agit de Dorante, elle le loue, sans reconnaître l'ambiguïté du discours de ce dernier qui cite « ses sentiments » en refusant le mariage, ce qui indique, pour le spectateur, toujours au courant de tous les niveaux de la pièce, son penchant pour Araminte. (Acte II, scène 2) Le niveau #4 représente une intrigue éphémère qui met en abyme les deux premiers niveaux. La polarité de cette intrigue change en passant par chaque niveau, Marton, au niveau #2, interprétant le refus ambigu de Dorante selon son intérêt, Araminte l'interprétant contre Marton selon le sien au niveau #1.






Page - 1     Page + 1


AS/SA Nº3, Article 2 : Page 2 / 8

© 1997, AS/SA

E-mail to the editors
Pour écrire à la rédaction

1997.05.03