« Théâtres d'aujourd'hui, études théâtrales d'aujourd'hui »

Jean-Pierre Sarrazac : entretien avec AS/SA


Paris, avril 1997







Peter Marteinson (AS/SA). - Vous êtes non seulement chercheur et théâtrologue, mais également dramaturge et critique. Quelles sont vos impressions des dialogues entre ces rôles? Comment expliquez-vous votre évolution personnelle, de spectateur à créateur, de créateur à critique?

Jean-Pierre Sarrazac. - « Critique », je ne suis pas critique. Théâtrologue, je le suis un peu, mais je trouve le mot un peu ionesquien. Certes, je suis chercheur, enseignant, essayiste, comme aurait dit Bernard Dort, et puis aussi auteur dramatique. J'écris des pièces de théâtre et des textes de réflexion sur le théâtre. Bernard Dort disait que je « fictionnais » un peu mes écrits théoriques, et que souvent dans mes pièces, il y a une dimension de réflexion. Donc j'aime bien certains croisements entre ces activités.
    Au fond votre question pose celle d'une unité possible. Et cette unité est forcément contradictoire. S'il y a une unité possible, alors, elle vient du côté de ce que j'appellerais la dramaturgie, comme d'autres l'ont fait avant moi. Il s'agit de la dramaturgie au sens allemand, au sens de Brecht, sans doute, mais déjà au sens que lui donnait Lessing : c'est-à-dire quelque chose qui déborde ce qu'on appelle encore quelquefois traditionnellement en France la dramaturgie, c'est-à-dire quand l'art de composer des pièces de théâtre devient l'étude de cet art de composer des pièces de théâtre. En fait, cette dramaturgie au sens restreint, je crois qu'on ne peut pas la mener. Ceux qui l'ont menée de façon intéressante, en la renouvelant dans une perspective sémiologique ou de façon plus traditionnelle, comme Jacques Scherer et Etienne Souriau, l'ont fait en tenant compte, fatalement, du devenir scénique d'une pièce, c'est-à-dire d'une ouverture au théâtre, au désir du théâtre, de cette espèce d'appel au théâtre, et à la scène, qui se trouve dans le texte. Ainsi la dramaturgie, même dans ce sens le plus classique, le plus académique, est déjà passage du texte à la représentation.






Page - 1     Page + 1


AS/SA Nº3, Article 3 : Page 1 / 6


© 1997, AS/SA

E-mail to the editors
Pour écrire à la rédaction

1.5.1997