Présentation du numéro



Eero Tarasti

University of Helsinki
International Semiotics Institute





LA MUSIQUE : ENTRE STYLE ET SENS



Une des difficultés globales que nous rencontrons dans presque toute méthode systématique d'analyse musicale est que chacune nous dit plus sur elle-même qu'elle ne nous dit sur son objet cible. Cela s'applique aussi à la sémiotique musicale dans la mesure où celle-ci apparaît sous la forme d'une approche systématique, que l'on veuille l'appeler générative, Schenkerienne, cognitive ou d'autres appelatifs.
Léonard Meyer, dans son monumental ouvrage intitulé Style and Music. Theory, History and Ideology, accentue le rôle du choix du côté du style comme un ensemble de règles et contraintes normatives. Il écrit : « Mozart était doué de cette capacité à composer en partie car l'ensemble de contraintes qu'il avait hérité, le style classique ainsi nommé, était d'une cohérence particulière, outre stable et reconnu ». Mais d'autre part, Meyer dit que le style ne jaillit jamais que du choix individuel du compositeur. Nous-mêmes, analystes nous sommes et analystes nous restons, avons pour devoir de garder à l'esprit ce qui aurait pu se produire si le compositeur-sujet avait fait d'autres choix.
Jusqu'à présent, l'analyse sémiotique conduite sur la musique s'est placée du côté des « contraintes » décrites par Meyer, c'est-à-dire de la langue telle que la conçoit Saussure, au lieu de se rendre sensible à l'unicité et à l'individualité des morceaux, du compositeur et de son style singulier. Est-il possible de pousser dans une direction telle que ses découvertes abonderaient dans le sens du laissez-être, de la Gelassenheit heideggerienne? Cela ne comporte aucun réductionnisme, aucun éthicisme, mais une ouverture au message original de l'oeuvre musicale considérée. Ce but est susceptible de poser un défi de taille à n'importe quel-le sémioticien-ne musicologue, indépendamment du répertoire classico-romantique, ou du dodécaphonisme, comme d'autres avant-gardes musicales, étudiés ici ou là, voire dans le champ des études ethnomusicologiques.
Ce numéro spécial consacré à « La musique : entre style et sens » voudrait éclairer cette question. Les contributions qui suivent se veulent être soit des innovations théoriques ou des analyses qui montrent comment par le truchement des méthodes sémiotique l'auteur-e a été à même de saisir la dimension de la parole, à savoir le message unique de la création musicale. Ils donneront certainement à voir un peu de ces deux facettes complémentaires.


177



Page - 1     Page + 1


AS/SA nº4 : ÉDITORIAL, page 1 / 1


© 1997 AS/SA

E-mail to the editors
Pour écrire à la rédaction

1997.12.21
Revu 19 mai 1998