Marta GRABOCZ: "Le schéma discursif passionnel en tant que marque de maturation stylistique dans les mouvements symphoniques de Mozart" (12/13)
 

236
 
 
 
FIGURE 7
MOZART : K.504. Symphonie « Prague »
IIe mouvement : andante
 
 
 
FIGURE 8a
Schéma global de l'articulation des affects :
structure élémentaire de la signification ou carré sémiotique
 
FIGURE 8b
MOZART : K.504. Symphonie « Prague »
IIe mouvement : andante
 
 
L'organisation du drame, d'une narration focalisée serait donc cette fois-ci prouvée de manière univoque. Tous les éléments de l'exposition et de la réexposition servent un seul but : la construction et la « déconstruction » d'un noeud dramatique très important au coeur du mouvement.
C'est en ce sens, et en sachant que ce type d'organisation est également présent dans le mouvement lent de la symphonie « Linz » (K.425) et dans ceux des trois dernières symphonies de Mozart, qu'on pense que le schéma discursif passionnel (avec sa structure élémentaire de la signification) aide à saisir et à distinguer la constellation spécifique des stylèmes dans le dernier style symphonique de Mozart. 
 


Page - 1    Page + 1

AS/SA Nº4, Article 5 : Page 12 / 13
 
© 1997 by AS/SA

E-mail to the editors
Pour écrire à la rédaction

21.12.1997