Averianova, Ekaterina: "La fonction de prêtre dans le cadre sémiotique"


289




Le contrat transcendant assure la communication au Sujet du vouloir, du savoir, du devoir et du pouvoir, le poussant vers l'exécution. Ainsi, Enée reçoit des « signes » et des « révélations » de sa mission à plusieurs reprises. Dumézil souligne que

la confiance est sans réserve que lui [à Énée] inspire [...] une destinée tant de fois révélée, confirmée : il ne peut échouer ; il ne peut mourir avant de l'avoir accomplie, il ne peut donc être vaincu dans aucun des combats que lui imposent ses adversaires divins et humains » (Dumézil 1995, 414).

Dans ce cas, l'identité du prêtre se place sur l'isotopie du savoir :

Spv : Is (Id).

Dans le cadre de ce contrat le Sujet-Destinataire peut prendre l'initiative communicative, mais dans ce cas-là son parcours n'est plus une « prière » mais plutôt une réclamation : Romulus adresse la prière à Jupiter au moment de l'échec de la bataille en croyant le contrat rompu (p.324). Le Sujet assume le rôle actantiel communicatif en Sujet de droit. Qui plus est, il est sûr de la réponse positive et la transmet la avant sa manifestation.
Le contrat implicite, non-manifesté, est possible grþce à la compétence du Sujet-Destinataire qui se conforme ou non au programme qui s'impose implicitement. Les acteurs Yudhisthira, Numa, reçoivent une sanction positive ou négative après des épreuves implicites (p.88-89 ; 90 ; 202 ; 303 ; 304). Le Destinateur ne manifeste que sa sanction.






Page - 1     Page + 1


AS/SA Nº5, Article 2 : Page 10 / 11

© 1998, AS/SA

E-mail to the editors
Pour écrire à la rédaction

1998.06.20