Averianova, Ekaterina: "La fonction de prêtre dans le cadre sémiotique"


281




Si la valeur modale du savoir sans l'attribution du pouvoir ne peut permettre l'actualisation du faire, la médiation du savoir n'est pas nécessaire pour l'acquisition du pouvoir-faire (1970, 179-180). L'auteur en déduit une hiérarchie des sujets : les sujets « savants » dont l'aptitude à accomplir les performances provient d'un savoir-faire acquis et les sujets « puissants » par nature (p.180).1
La hiérarchie plus détaillée des sujets d'après leur compétence, élaborée par Jean-Claude Coquet nous permet de préciser le statut des sujets envisagés dans le système trifonctionnel (1984). La visée syntagmatique donne à l'auteur la possibilité de suivre « l'histoire transformationnelle de l'actant » afin d'établir son identité (1984, 69). Le Sujet est capable d'entreprendre deux parcours syntagmatiques :

vouloir __> savoir __> pouvoir __________faire
savoir __> pouvoir __> vouloir __________faire (p.87-93).

La première orientation est propre au Sujet de quête qui réalise un programme d'appropriation afin d'établir son identité, le vouloir inaugurant la suite : VPS (p.87-90). La deuxième appartient au Sujet de droit qui, s'appuyant sur son identité établie, suit le programme d'acquisition pour manifester son pouvoir réglé par le savoir : SPV (p.92).
On voit que pour le Sujet de quête il s'agit des valeurs actuelles, disjointes du Sujet, et, dans le deuxième cas, des valeurs réalisées (Greimas et Courtés 1993, 415). Les termes « isotopie » et « dimension » rendent la combinatoire des modalités plus variée. Il distingue quatre isotopies : le « vouloir », le « pouvoir », le « savoir » et le « devoir » ayant un statut hypéronymique (p.29, 30, 33, 151). Les « dimensions » auxquelles il recourt sont plus nombreuses : celle du « savoir » (épistémique, positiviste), celle du « pouvoir » (l'empirique étant plus restreinte, la politique plus étendue, et pragmatique), volitive, déontique (philosophique et métaphysique) (p.30, 33, 195 et sq., 198, 203).
Ainsi, la compétence d'un roi (ou l'identité pour Coquet) se définit dans une triple proposition (p.30) :

a) « il assume son identité » en Sujet de droit : sp-v (dans la visée paradigmatique), spv (dans la visée syntagmatique) ;

b) « il la place dans la dimension du savoir » : /S/ Sp-v : Ip ;

c) « il la situe sur l'isotopie du pouvoir : Ip ».

Le changement d'isotopie oppose le roi au savant astronome :

Sp-v : Is,

Is signifie l'isotopie du savoir (p.30-31).

Ces identités sont codées dans le cadre de la relation binaire (Sujet __ Objet). Pour définir le statut du Sujet par rapport au Destinateur muni d'un pouvoir transcendant, on a besoin de placer le Sujet dans une relation ternaire (Destinateur, Sujet, Objet) (p.49, 74). Le devoir est conçu par l'auteur comme un trait pertinent de la relation ternaire, alors

Spv : Iv (Id),

Iv signifie l'isotopie volitive
] isotopie métaphysique
Id = isotopie déontique (p.74).


Les identités de « professeur » et de « créateur » se situent sur l'isotopie du savoir. Le professeur en Sujet épistémique de droit se trouve dans la dimension cognitive, d'où la majuscule S :

Spv : Is (opération de déduction) (p.128-129).

Le « créateur » est un Sujet épistémique de quête :

Vps : Is (opération d'induction) (p.129).

L'identité de « pasteur » se définit dans l'isotopie complexe, où le savoir est subordonné au devoir, l'attribut de la relation ternaire :

Spv : Is (Id) (p.152).

Cette formule se rapporte plutôt à un aspect de l'activité de pasteur __ à l'enseignement. On pourrait rapprocher le rôle médiateur du « prêtre » tracé dans Mythe et Épopée I de celui du magicien et du chaman (voir Coquet 1984, 55- 56 ; Novik 1984).


________________

1. Greimas rapporte Ogre et Roland aux « héros selon le pouvoir », et le Petit Poucet et Renart aux « héros selon le savoir » (1976, 167). [RETURN]





Page - 1     Page + 1


AS/SA Nº5, Article 2 : Page 2 / 11

© 1998, AS/SA

E-mail to the editors
Pour écrire à la rédaction

1998.06.20