Averianova, Ekaterina: "La fonction de prêtre dans le cadre sémiotique"


282




Avant de pouvoir décrire ce type d'activité, il convient de se référer au paradigme de la relation ternaire structuré par Jean-Claude Coquet (1984, 49). Dans cette relation le Sujet a d'habitude un statut hypotaxique dans la « proportion »

Dr : S (p.50).

Coquet envisage le roman de Camus, L'étranger, notamment l'identité de Meursault, qui commet son meurtre en prenant le soleil pour Destinateur. Le Destinateur immanent, la société, nie le Sujet devenant le Sujet barré :

Dr : S (p.50).

Le Sujet peut effectuer un programme de dénégation contre l'Anti-Destinateur quand il entre dans l'opposition

S : Dr

en devenant le Sujet-Destinateur (p.53).

La thématique de la « magie » permet à l'auteur d'introduire un nouveau statut du Sujet hypérotaxique (p.54-57). Le Sujet-chaman « opère une dénégation partielle du Destinateur qui, réduit à un rôle instrumental, perd généralement ses attributs anthropomorphes ; il devient une force naturelle, telle la pluie, ou surnaturelle, par exemple un génie » (p.54).
L'analyse de la première Illumination de Rimbaud et des mythes des Indiens recueillis par Sébag amène Coquet aux conclusions suivantes : dans cette position actantielle « le Sujet ne peut se targuer d'un savoir ni d'un pouvoir parfaits » (p.55). Le Destinateur, unique maître du pouvoir, peut doter le Sujet des forces adéquates. Mais la délégation du pouvoir est circonstancielle : « le chaman obtiendra la pluie si les esprits habitant les nuages ou les oiseaux ont donné leur accord » (p.55).
Pour assurer « la survie de son groupe », le Destinataire, le chaman essaie de mettre le Destinateur à son service. L'auteur présume que dans ce rapport interactantiel chaque actant peut assumer une fonction instrumentale. Le Sujet hypérotaxique dominant le Destinateur devient complémentaire du Sujet hypotaxique, d'où l'opposition des deux subcontraires (p.56) :

R (Dr, S, O)
S : Dr Dr : S
S domine Dr réduit
au rôle instrumental
Dr domine S réduit
au rôle instrumental


Selon J.-Cl. Coquet, le chaman établit entre les deux parties une manière de contrat, où il acquiert un nouveau statut du Sujet d'alliance :

S = D

qui présuppose, sur le plan logique, l'opération de conjonction du Sujet avec le Destinateur :

S __ D (p.55-56).

Dans l'intéressante étude consacrée par Novik (1984) au chamanisme sibérien l'auteur met en valeur le tiers actant__  l'Objet :

Tout est centré sur une valeur désignée chez les chamans par des termes différents, que les ethnographes traduisent approximativement comme « l'âme », la « force », la « vitalité », la « chance », etc. (p.55).

L'étude des mystères chamanistes dégage le rôle du chaman en tant que négociateur-fournisseur, puisque dans sa culture la communication transcendantale revêt une forme objectivisée par des objets d'usage symboliques : il assure une « distribution correcte » des valeurs entre les deux mondes, et cette activité a deux aspects :

  • il se rend dans le monde des esprits, se procure là-bas d'une valeur recherchée et la transmet aux gens (type IA) ;

  • il extrait des objets appartenant au collectif humain, ayant une valeur pour les esprits, et les leur transmet (type IB) (Novik 1984. Confer le rite des offrandes religieuses).

Si pendant le rite les objets de l'un ou de l'autre monde changent de monde par hasard, ils représentent une « anti-valeur », et le devoir du chaman est de les remettre à leur place (type II).






Page - 1     Page + 1


AS/SA Nº5, Article 2 : Page 3 / 11

© 1998, AS/SA

E-mail to the editors
Pour écrire à la rédaction

1998.06.20