David Mendelson : « Picasso et l'espace scriptural et pictural moderne »


471






Il a peint celle qui nous intéresse ici, Ulysse et les sirènes,




Figure 2: © Succession Picasso



durant la dernière période de sa création, quand il vivait dans le Midi et s'imprégnait de l'atmosphère, des paysages et des motifs méditerranéens. Il va sans dire qu'il ne se contentait pas d'y goûter un doux farniente. Il a multiplié ses créations au contraire, durant cette époque, dans tous les domaines, de la peinture à la poterie en passant par le dessin et les affiches et il a alors développé une réflexion qu'il a envisagée sous la forme d'une anthropologie de la création et qui a revêtu, en fait, une dimension, non seulement biographique, mais largement historique et culturelle. Ce n'est donc pas par hasard qu'il a peint ce portrait de Mallarmé en estimant, d'une part, qu'il avait épuisé sa virilité et, par là, peut-être, son inspiration, et qu'il s'est attaché, de l'autre, aux deux oeuvres de Mallarmé et d'Edgar Poë: Mallarmé, en effet, a toujours articulé les deux dimensions des cultures anglo-saxonnes et franco-méditerranéennes. Or, c'est en 1945 que Picasso a peint ce portrait, c'est-à-dire à un moment où il a commencé à vraiment sympathiser avec les communistes, mais a salué, à sa façon, l'intervention des Américains en Europe.








Page - 1     Page + 1



AS/SA Nº 8, Article 8 : Page 2 / 7


© 1999, Applied Semiotics / Sémiotique appliquée

E-mail to the editors
Pour écrire à la rédaction

2000.01.12