Ekaterina Averianova : « Le devenir d'un saint »

496









Dès le début on définir le PN du Sujet :

F = S1 (S2 O)

où F = fonction,
S1 = Sujet de faire (Nikita),
S2 = Sujet d'état (Nikita),
O = Objet (le Savoir sacré).

Nikita, en tant que « Sujet de quête, » doit suivre le schéma narratif canonique, c'est à dire passer la triple épreuve : l'épreuve qualifiante, l'épreuve décisive et l'épreuve glorifiante (Greimas, Courtés 1993 : 131). L'épreuve qualifiante correspond à l'acquisition de la compétence (ou des modalités du faire). L'épreuve décisive désigne la performance. L'épreuve glorifiante correspond à la reconnaissance du héros. Évidemment pour le supérieur, la réclusion représente l'épreuve décisive, exigeant une compétence particulière.

Le supérieur s'appuie sur la modalité du savoir, en obligeant le manipulé à choisir entre la prescription (ou la séduction par un jugement positif sur la future récompense) et l'interdiction (ou la provocation). Le Sujet doit interpréter la prescription. Le PN du manipulateur (la Séduction) prévoit la conjonction du Sujet avec l'honneur.

La structure de la manipulation peut être présentée sous la forme des deux modalités faire-vouloir-faire et faire-ne pas devoir faire. La persuasion a la forme du contrat injonctif : le Sujet fait face au manipulateur, dont l'axiologie lui est étrangère. Le contrat injonctif se base sur le contrat de véridiction installant un croire-vrai aux deux pôles communicatifs. Le choix du manipulé de son (vouloir-faire) signifierait l'acceptation des valeurs mensongères (ou fausses). Le non-vouloir du Sujet de suivre la prescription du manipulateur témoigne de l'incompatibilité de leurs modalisations.

La séquence « Décision » introduit le vieux dilemme du schéma narratif proposé par Vladimir Propp — le couple « interdiction » vs « violation » qui revêt la forme « manipulation » vs « contre-manipulation » :

la proposition du contrat de véridiction — le refus du contrat,

la proposition du contrat injonctif — le refus du contrat (le Sujet n'est ni séduit ni provoqué).

Ainsi le Sujet se trouve soumis à une interdiction du manipulateur (devoir ne pas faire) qu'il transgresse en désirant se rendre célèbre. Ce motif de la violation de l'interdiction est propre plutôt aux guerriers, héros de l'épopée.

Notons que le Sujet n'a pas de Destinateur transcendant. Il est son propre destinateur.










Page - 1     Page + 1



AS/SA Nº 9, Article 2 : Page 3 / 8


© 2000, Applied Semiotics / Sémiotique appliquée

E-mail to the editors
Pour écrire à la rédaction

2000.06.19