Ekaterina Averianova : « Le devenir d'un saint »

500






L'épreuve décisive correspond à la performance, créant un nouvel état de choses. Signalons que la deuxième épreuve se passe dans un autre lieu — dans le couvent et dans la ville de Novgorod. La performance est un acte humain, que l'École sémiotique de Paris définit comme un « faire-être » auquel on donne la formulation canonique d'une structure modale, constituée d'un énoncé de faire régissant un énoncé d'état (Greimas & Courtés 1993 : 271). Le texte mentionne deux performances importantes du Sujet — la pluie et l'extinction du feu.

Dans l'épreuve décisive, le Sujet agit déjà en Sujet de droit, s'appuyant sur le savoir reçu pendant l'épreuve qualifiante.


Conclusions

Le récit parle de l'épreuve de la compétence des représentants de la fonction supérieure. La séquence « Décision » représente une épreuve cognitive, où le Sujet est opposé au manipulateur (le représentant du Destinateur). Le Sujet devance les événements et passe la réclusion (épreuve décisive) en qualité d'épreuve qualifiante. De là nous avons un double résultat : le Sujet essuie une défaite au niveau de l'épreuve décisive et cède à la séduction de l'anti-Destinateur, mais au niveau de l'épreuve qualifiante il sort vainqueur, car il acquiert une valeur modale — le savoir (un élément nécessaire de la compétence). Soulignons que, selon le récit, le savoir sur l'anti-Destinateur constitue une partie nécessaire de la compétence d'un saint, la condition nécessaire et suffisante de son devenir : le Sujet, ayant acquis ce savoir, devient un « Sujet de droit » (cf. la Tentation du Christ).

Abondons avec Kupreianova, qui considère que ce récit est une « désapprobation de la réclusion comme d'une sorte de « superbe » (1976 : 61). En effet, l'espace de la grotte est marqué négativement au cours de tout le récit : c'est le lieu de la reculade pour saint Isaac et pour Nikita. Mais autrefois les grottes ont été le lieu principal du logement des moines et la réclusion — leur mode de vie. Évidemment, avec le temps ce type d'ascétisme est devenu indésirable. Il en résulte que la deuxième étape en devenir d'un saint — l'épreuve décisive — devient facultative dans l'éducation des moines.

Il est à noter que la gloire pour le prêtre est une fausse valeur, à la différence du guerrier. La conception chrétienne du monde laisse au Sujet le droit à la faute : dans les genres païens — dans le conte merveilleux et la byline — le héros, ayant échoué dans la première épreuve, cesse d'être héros.











Page - 1     Page + 1



AS/SA Nº 9, Article 2 : Page 7 / 8


© 2000, Applied Semiotics / Sémiotique appliquée

E-mail to the editors
Pour écrire à la rédaction

2000.06.19