Table principale



Table secondaire





Textes du XVIe siècle
François Rabelais
Quart livre, Chapitre 41
« La guerre contre les Andouilles »
1548-1552


Introduction to French Studies -- Pascal Michelucci -- FRE 180Y (L0301)

| Pantagruel | Gargantua | « La guerre contre les Andouilles » | Les regrets |
|
« Mignonne, allons voir... » | « Ces petits corps... » | Sonnets pour Hélène | Heptaméron |
|
Traité | « Ne reprenez... » | Essais |



Comment Pantagruel a rompu les Andouilles aux genoux



1



5




10




15




20




25




30




35




40




45




50




55




60

    Quand ces Andouilles approchèrent et que Pantagruel aperçut comment elles déployaient leurs bras et commençaient déjà à se préparer à attaquer, celui-ci envoya Gymnaste entendre ce qu'elles voulaient dire et savoir pourquoi elles voulaient sans hésitation guerroyer contre leurs vieux amis, qui n'avaient rien dit ni fait de mal. Gymnaste fit une grande et profonde révérence en arrivant devant les premières rangées, et il s'écria aussi fort qu'il le pouvait pour dire : « Nous, nous, nous sommes tous vos vos vos amis, et à votre servi... vi... vice. Nous sommes des amis de Mard... Mard... Mardigras, votre vénérable dirigeant... ». Je me suis laissé dire depuis, par plusieurs témoins, qu'il dit alors Gradimars au lieu de Mardigras. Quoi qu'il en soit, à ce mot un gros Cervelas sauvage et dodu qui conduisait la première ligne de leur bataillon fit le geste de vouloir le saisir à la gorge.
    « Par Dieu (dit Gymnaste) tu n'y entreras que si je te coupe en tranches : car tu es fichtrement trop gras pour y entrer en un seul morceau ». Alors il tire son épée Baise-mon-cul (c'est comme cela qu'il l'appelait) à deux mains, et tranche le Cervelas en deux morceaux. Crédieu qu'il était gras ! Il me rappelle le gros taureau de Berne qui a été tué à Marignan lors de la défaite des Suisses. Croyez moi, il n'avait pas loin de quatre doigts de lard sur le ventre.
    Après qu'il a tué ce Cervelas écervelé, les Andouilles attaquent Gymnaste et le terrassent méchamment, mais Pantagruel et ses hommes courent à son secours. Alors commence le combat martial pêle-mêle. Raflandouille érafle les Andouilles, Tailleboudin taille les Boudins, Pantagruel brise les Andouilles aux genoux. Frère Jean se tient silencieux, caché dans sa Truie de Troie (d'où il peut tout voir), quand les Godiveaux qui étaient en embuscade s'attaquent à Pantagruel en poussant de grands cris.
    En voyant ce désarroi et ce tumulte, Frère Jean ouvre les portes de sa Truie, et sort avec ses fidèles soldats, les uns portant des broches de fer, les autres tenant landiers, couvercles, poêles et pelles, cocottes, grills, faitouts, tenailles, balais, pinces, marmites, mortiers, pilons, tous en ordre comme des brûleurs de maison, hurlant et criant tous ensemble épouvantablement. Nabuzardan ! Nabuzardan ! Nabuzardan ! Par de tels cris d'émeute, ils choquent les Godiveaux, et traversent les Saucissons. Les Andouilles s'aperçoivent soudain de l'arrivée de renforts, et prennent leurs jambes à leur cou, comme si elles avaient vu tous les Diables. Elles tombent comme des mouches sous les coups de bedaine de Frère Jean. Ses soldats ne font pas de quartier. Cela faisait pitié à voir. Le camp était tout couvert d'Andouilles mortes ou blessées. Et le conte dit que, si Dieu n'y avait pas veillé, toute la génération Andouillique aurait été exterminée par ces soldats de cuisine. Mais il se produisit alors un événement merveilleux, dont vous croirez ce que vous voudrez.
    Du côté de la Tramontane, un grand, gras, gros, gris pourceau arriva en volant, avec des ailes longues et amples comme celles d'un moulin à vent. Il portait des plumes d'un rouge cramoisi, comme celles d'un flamant rose. Il avait des yeux rouges et brillants comme ceux d'un rubis, des oreilles vertes comme une émeraude, les dents jaunes comme un topaze, la queue longue et noire comme du marbre, les pieds blancs et diaphanes comme des diamants, et ils étaient palmés comme ceux des oies. Il portait un collier d'or autour du cou sur lequel figuraient des lettres grecques, dont je ne pus lire que deux mots, YS ATHINAN. Ce cochon en apprend à Minerve!
    Il faisait beau et clair. Mais à l'arrivée de ce monstre, il y eut vers l'ouest un coup de tonnerre si fort que nous en sommes restés tous étonnés. Les Andouilles qui l'aperçurent jettèrent tout à coup leurs bâtons et leurs armes à terre, elles se mirent toutes à genoux, en levant bien haut leurs mains jointes sans dire un mot, comme si elles l'adoraient. Frère Jean avec ses hommes frappait toujours et embrochait les Andouilles. Mais sur un ordre de Pantagruel, on sonna la retraite et tous les combats cessèrent. Le monstre ayant volé et revolé plusieurs fois au-dessus des deux armées arrosa la terre de plus de vingt-sept tonneaux de moutarde, puis il disparut en volant, et en criant sans cesse « Mardigras, Mardigras, Mardigras ».


GRIMOIRE-FRE 180Y
©Pascal Michelucci
Créé le 28 juillet 1996