Table principale



Table secondaire





Cours n°8
La littérature du XVIIIe siècle


Introduction to French Studies -- Pascal Michelucci -- FRE 180Y (LO301)



Cours 1 | Cours 2 | Cours 3 |
Cours 4 | Cours 5 | Cours 6 | Cours 7 | Cours 8 |
Cours 9 | Cours 10 | Cours 11 | Cours 12 | Cours 13 |



COURS N°8
La littérature du XVIIIe siècle

  Après la codification formelle et rhétorique du XVIIe siècle, on assiste, pendant le siècle des Lumières, à de grands bouleversements qui touchent surtout le statut et le contenu thématique de la littérature.

  L'attitude qui domine est celle de détruire les préjugés et d'arriver à une pensée littéraire plus juste (plus de science et d'éthique, moins de religion et de morale), aussi à plus de sensibilité. Beaucoup d'ouvrages sont jugés subversifs et doivent être publiés à l'étranger. Après la domination classique, c'est le retour d'une certaine fantaisie, d'une liberté encore plus intellectuelle qu'imaginative. La littérature anglaise (Shakespeare, Richardson) devient à la mode. Le roman est le genre le plus marquant et le plus mobile : d'abord à propos de l'ascension ou de la formation d'un individu particulier, il prétend au milieu du siècle à une vérité philosophique

  La littérature se diffuse principalement par les salons littéraires (nobles), dans les clubs (bourgeois et masculins) et aussi dans les cafés de Paris (populaires), par le colportage et par les premiers journaux littéraires. La littérature a énormément de liens avec les autres arts (musique, peinture, opéra).



  1. La poésie : peu appréciée dans un siècle assez médiocre et sans grande nouveauté.

      Période de l'ode lyrique (poème régulier) qui fait l'éloge d'une institution, d'une personne, d'un art. La poésie reste utilitaire et assez médiocre dans la première moitié du siècle.

    * André Chénier (1780-90's) :
      Poète passionné, en liberté, admirateur de la Grèce, engagé dans la Révolution. Il va renouveler la sensibilité poétique française en étant redécouvert par les Romantiques (vers 1820).



  2. Le théâtre : très en faveur pendant tout le siècle. Déclin de la tragédie au profit de la comédie sociale. Organisation « sociale » des salles de théâtre (loges, parterre, hauteurs).

     



  3. L'essai :

     



  4. La fiction : le roman valorise le vraisemblable, puis les sentiments. Expansion du lectorat bourgeois. Mutations importantes et perfectionnement extraordinaire.

     

    1. Le roman de voyage et d'aventure : (plutôt rare)

      * Lesage : Gil Blas (1715), aventures exotiques.

      * Cazotte : Le Diable amoureux (1772), roman fantastique.

       

    2. Le roman et le conte philosophiques :

      * Montesquieu (1721) : Les Lettres persanes, roman par lettres : un Persan en voyage fait la satire de la société et des institutions françaises.

      * Voltaire : Candide (1759)... Récits rythmé et souvent ironique d'aventures morales et philosophiques. L'idéologie ou la critique étouffe rarement l'histoire.

      * Diderot : Le Neveu de Rameau. Jacques le Fataliste (1760-70's). Beaucoup de dialogues sur les idées de l'époque (la nature, l'ordre social...).

       

    3. Le roman libertin : goût pour la confession (lettres), le vice et le scandale (parfois érotique). Roman pessimiste qui raconte les malheurs et les difficultés de la vertu.

      * Crébillon fils (1730's) : amour des nobles en privé (chambres, boudoirs...).

      * Restif de La Bretonne (1770's, environ 200 romans) est le plus lu du siècle.

      * Laclos (1782) : Les Liaisons dangereuses, la noblesse décadente manipule les gens et les vertus avant d'être punie par le hasard.

      * Marquis de Sade (1780-90's) : passe la plupart de sa vie en prison. À la fois philosophique et « sadique ».

       

    4. Le roman préromantique : favorise l'intimité avec les héros, la pureté des sentiments et l'exotisme. Optimiste sur la nature humaine.

      * Abbé Prévost (1730's) : Manon Lescaut, Cleveland.

      * J.-J. Rousseau : La Nouvelle Héloïse (1761) : histoire d'un amour tragique, importance du souvenir et de la tendresse. Les Confessions (1770).

      * Bernardin de Saint-Pierre (1788) : Paul et Virginie.

       


GRIMOIRE-FRE 180Y
©Pascal Michelucci
Créé le 25 juillet 1996. Mis à jour le 8 mars 1999.