Table principale



Table secondaire





Textes du moyen âge
La farce de Maître Pathelin
« Maître Pathelin paie ses dettes »
1469


Introduction to French Studies -- Pascal Michelucci -- FRE 180Y (L0301)

| Chanson de Roland | Tristan et Iseut, « La nuit de la Saint-Jean » | Tristan et Iseut, « La mort des amants » |
|
Perceval | Yvain | Le roman de Renart | « Estula » | Ovide moralisé  | La farce de Maître Pathelin |



1



5




10




15




20




25




30




35




40




45




50




55




60




65




70




75




80




85




90




95




100




105




110




115




120




125




130




135

Guillemette :

   Hélas, venez le voir, cher monsieur : il souffre tellement !

Le Drapier :

   Est-il vraiment tombé malade, depuis ce matin, quand il est venu à la foire ?

Guillemette :

   À la foire ?

Le Drapier :

   Par Saint Jean, bien sûr : je crois bien qu'il y a été.

(à Pathelin)

   Il faut me donner l'argent pour payer le tissu que je vous ai donné à crédit, maître Pierre.

Pathelin :

   Ha, Maître Jean, j'ai chié deux petites crottes noires, rondes et dures. Est-ce que je dois prendre un autre lavement ?

Le Drapier :

   Qu'est-ce que j'en sais ? Qu'ai-je à voir avec cela ? Il me faut mes neuf francs, ou six écus.

Pathelin :

   Vous appelez cela des pilules, vos trois morceaux noirs et pointus ! Je m'y suis cassé les dents ! Pour l'amour de Dieu, Maître Jean, ne me forcez plus d'en prendre ! À cause d'elles j'ai tout rendu ! Bah ! Il n'existe rien de plus amer.

Le Drapier :

   Mais non, sur l'âme de mon père : on ne m'a pas rendu mes neuf francs.

Guillemette :

   Je voudrais que les casse-pieds de votre genre soient tous pendus ! Fichez le camp. Allez donc au diable, puisque vous ne méritez pas d'aller à Dieu !

Le Drapier :

   Au nom du Dieu qui me fit naître, j'aurai mon drap avant de partir - ou mes neuf francs !

Pathelin :

   Et mon urine ? Vous ne voyez pas à mon urine que je vais mourir, au moins ? Hélas ! Mon Dieu, faites que quoi qu'il arrive je ne meure pas !

Guillemette (au drapier) :

   Allez-vous-en ! Si ce n'est pas une honte de lui casser la tête comme vous le faites !

Le Drapier :

   Seigneur Dieu, quelle malchance ! Six mètres de tissu, quand même ! Dites donc, vous trouvez ça normal, vous, que je les perde ?

Pathelin :

   Est-ce que vous pourriez rendre ma merde plus molle, maître Jean ? Elle est si dure que je ne sais comment je l'endure, quand elle me sort du fondement.

Le Drapier :

   Il me faut neuf francs tout rond. Car sinon, par Saint Pierre de Rome…

Guillemette :

   Hélas, comme vous torturez ce pauvre homme ! Comment pouvez-vous êtes si cruel ? Vous voyez bien qu'il croit que vous êtes médecin. Hélas, le pauvre chrétien a assez de malheur : onze semaines, sans interruption, qu'il est là, le pauvre homme !

Le Drapier :

   Palsambleu ! Je ne comprends pas comment cette infortune lui est arrivée, car il est venu me voir tout à l'heure, et nous avons marchandé ensemble - enfin… Je crois. Ou bien… Je ne sais pas… Peut-être ?

Guillemette :

   Par Notre Dame, mon cher monsieur, vous ne vous rappelez pas bien. Vous allez me promettre d'aller tout de suite prendre un peu de repos. Beaucoup de gens pourraient aller raconter que c'est pour moi que vous nous rendez visite. À la porte ! Les médecins seront là d'une minute à l'autre.

Le Drapier :

   Je me fiche de ce que les gens vont raconter : je n'ai pas l'esprit mal tourné.

(A part) Bon sang, suis-je vraiment si mal en point ?

(A Guillemette) Sur la tête de Dieu ! Je croyais…

Guillemette :

   Encore ?

Le Drapier :

   Et vous n'avez pas une oie au feu ?

Guillemette :

   Quelle question ! Monsieur, ce n'est pas le genre de viande qu'on sert aux malades. Mangez vos oies et laissez-nous tranquilles. Par ma foi, vous êtes vraiment sans-gênes !

Le Drapier :

   Je vous prie de m'excuser. Je croyais sincèrement que…

Guillemette :

   Encore ?

Le Drapier :

   Par le saint Sacrement… Adieu !

(Devant la maison, à part) Bon, je vais y voir clair maintenant. Je sais bien que je dois avoir six mètres, en une seule pièce, mais cette femme me brouille les esprits. Oui, il les a pris. Non… Les faits ne concordent pas : j'ai vu la Mort qui vient le faire souffrir, ou alors il joue la comédie. Eh oui ! Il les a pris. Et il se les est mis sous le bras, par la Vierge Marie ! Mais non ! Je ne sais plus si je rêve ou pas.




GRIMOIRE-FRE 180Y
©Pascal Michelucci
Créé le 28 juillet 1996